Hello,

Aujourd’hui je vais te parler d’un sujet fondamental, celui qui préoccupe le plus mes clients et pour cause: c’est la raison numéro un qui nous empêche d’effectuer les changements dont on a besoin. J’ai nommé… les peurs!

Peut-être as-tu un projet qui te tient à coeur, que ce soit sur le plan professionnel ou personnel? Une décision engageante à prendre? Ou peut-être sais-tu au fond de toi que pour te rapprocher de ce qui te fait vibrer il y a un changement important que tu dois accomplir, ou une direction particulière dans laquelle tu devrais t’orienter?

Si c’est le cas, je parie que le fait de penser à ce projet, à cette décision, à ce changement ou à cette direction provoque en toi une multitude de pensées, parmi lesquelles toutes les bonnes raisons pour lesquelles tu ne devrais PAS t’engager dans cette voie!

Ces pensées, générées par tes peurs, font tellement de bruit dans ton esprit, que tu as du mal à percevoir les autres émotions que pourraient susciter ton projet: excitation, joie, libération, amour…

Si tout cela te parle, lis ce qui suit: je te donne dans cet article trois clés pour mieux comprendre et dépasser tes peurs. 

Clé #1: Tu n’es pas ta peur!

L’erreur numéro un que l’on fait lorsque la peur surgit en nous, c’est de s’identifier à elle. De croire que cette pensée de peur nous définit entièrement, à tel point que rien d’autre n’existe en nous à cet instant.

Mais en réalité, tu n’es pas ta peur. Tu es bien plus que ta peur. Ta peur est simplement une voix qui s’exprime en toi. Une voix parmi d’autres, mais dont le volume à l’instant t est si fort que tu n’entends plus les autres voix.

La peur a cette capacité d’envahir totalement nos pensées et de nous paralyser. On se sent bloqué, incapable d’avancer, coincé à la croisée des chemins sans pouvoir se décider.

La première chose à faire lorsque tu ressens cela, c’est donc de te détacher de tes peurs. c’est à dire faire un pas de côté et observer. Prendre conscience de ces pensées, prendre note de leur discours, et réaliser que ce ne sont que des pensées, rien de plus.

En coaching, on appelle ces voix les « saboteurs », ou les « démons intérieurs ». Car des saboteurs, on en a tous! Ils sont différents d’une personne à l’autre, en fonction du vécu et des croyances de chacun, mais ils sont toujours présents d’une manière ou d’une autre. 

Alors pour mieux prendre du recul sur ta peur lorsqu’elle émerge, imagine à quoi pourrait ressembler ton saboteur

  • Quelle apparence a-t-il?
  • Comment est-il habillé?
  • Quelle est sa couleur?
  • Comment se déplace-t-il?
  • Quelles sont ses croyances?
  • Quel est son principal slogan?
  • Quel nom pourrais-tu lui donner?

Apprends à le reconnaître et à le nommer lorsqu’il survient: « tiens, Dark Vador tu es de retour? », car prendre conscience de sa présence est la première étape pour dépasser la peur qu’il génère en toi.

Cela t’aidera à mettre des mots sur ce qui se passe en toi, à te rappeler que ton saboteur n’est qu’une partie de toi, et à ne pas le laisser prendre toute la place.

Clé #2: Tes peurs te protègent

L’erreur numéro 2, c’est de penser que nos peurs sont nos ennemies. Qu’elles sont juste là pour nous empêcher d’avancer, et comme en plus ça marche on se sent encore plus énervé!

Or, tes peurs ne sont pas contre toi et tes projets. Elles cherchent simplement à te protéger.

Leur rôle est essentiel, et il est loin d’être nouveau: c’est l’une des premières fonctions du cerveau, la seule qui comptait vraiment pendant des milliers d’années pour assurer la survie de l’espèce humaine.

Donc qui dit « peur » dit « danger », et la clé pour dépasser tes peurs c’est de comprendre de quel danger elles essayent de te protéger et quel est leur besoin.

Si l’on applique ici les principes de la communication non violente, on voit tout de suite que leur besoin principal est ta sécurité. A l’époque du néolithique, il s’agissait essentiellement de sécurité physique, mais lorsque l’on parle d’un projet, d’une décision ou d’un changement, c’est parfois aussi ta sécurité émotionnelle et affective que tes peurs cherchent à préserver.

Quelques questions pour t’aider à y voir clair:

  • Quel(s) risque(s) cours-tu dans cette situation?
  • Qu’est-ce qui pourrait mal tourner?
  • Qu’est-ce qui se passerait ensuite?
  • Comment te sentirais-tu?
  • Quel impact cela aurait-il dans ta vie (personnelle, professionnelle, sociale, familiale,…)? Et dans la vie de tes proches?
  • A quel besoin fondamental cela touche-t-il? (Sécurité? Stabilité? Paix intérieure? Calme? Simplicité? Reconnaissance? Intégration?…)
  • A quel point ce besoin est-il prioritaire pour toi en ce moment?

S’il s’agit d’un besoin prioritaire, cela explique la présence dominante de ta peur et ta difficulté à la dépasser. C’est normal et c’est sain.

Ceci étant dit, cela ne veut pas dire que tu dois lui laisser tout le pouvoir! Car tu as en toi d’autres besoins fondamentaux, qui méritent tout autant ton attention.

Clé #3: redonner du volume aux autres voix

Lorsqu’une idée germe dans ton esprit, elle ne sort pas de nulle part. Il s’agit très probablement d’une intuition, qui émerge en toi pour répondre à un autre de tes besoins, voire même à plusieurs.

Pour sortir de la paralysie et dépasser tes peurs, tu dois te connecter à cette voix et à ses besoins. Lui redonner du volume, pour qu’elle reprenne sa place et puisse t’orienter au mieux dans tes choix.

Imagine que ces voix sont des partis politiques. Lorsque tu laisses uniquement tes peurs s’exprimer, c’est la dictature. Au-delà de la peur, une telle situation génère également frustration, colère, ressentiment, tristesse et/ou confusion.

Redonner du volume aux autres voix, c’est laisser place au débat. Cela ne veut pas forcément dire que tu suivras toutes tes intuitions, en revanche tu ne laisseras plus la peur gagner par forfait et tu t’en sentiras automatiquement apaisé.e!

Car les conflits intérieurs se gèrent de la même manière que les conflits interpersonnels: ce n’est que lorsque les besoins de toutes les parties (de toi) seront tirés au clair et entendus que tu pourras trouver la solution qui te permettra de sortir de la frustration et d’aller de l’avant.

Une solution qui assurera le respect de tous tes besoins et qui te fera avancer dans la direction qui te ressemble vraiment (et pas celle imposée par ton dictateur intérieur!)

En pratique, si tu as un Dark Vador intérieur, dis-toi que tu as aussi toute une équipe de Jedis prêts à se battre pour défendre tes valeurs et convictions. 

Que ce soit Maître Yoda ou une autre image qui te parle plus, il y a une partie de toi qui a une confiance illimitée en tes capacités, qui sait ce qui est bon pour toi et comment t’en rapprocher. Certains l’appellent la sagesse intérieure, l’âme, l’intuition… peu importe le nom qui résonne pour toi, l’important c’est de savoir qu’elle existe, qu’elle génère aussi des pensées, et qu’elle est capable de t’emmener très loin si tu apprends à l’écouter!

Cette partie-là répond elle aussi à certains de tes besoins fondamentaux. Elle cherche à te faire progresser, et contrairement à tes saboteurs elle est porteuse de solutions. Et en plus, elle est bien entourée: il y a en toi tout un tas d’autres petites voix qui la soutiennent et expriment un côté de ta personnalité (ben oui, on est tous plusieurs à l’intérieur! 😉 )

Alors cette idée/ce projet/cette direction qui t’appelle: 

  • De quelle partie de toi émerge-t-elle?
  • A quels besoins répond-elle?
  • Quelle priorité souhaites-tu donner à ces besoins aujourd’hui?
  • Dans quelle direction a-t-elle envie de t’emmener au nom de ces besoins?
  • Si tu avais un bouclier de protection qui te rendait invincible (genre l’étoile dans Mario) et que rien de mal ne pouvait t’arriver, jusqu’où écouter ton intuition pourrait-il te mener?
  • Que se passerait-il exactement?
  • Comment te sentirais-tu?
  • Quel impact cela pourrait-il avoir dans ta vie?
  • Et dans celle de tes proches?
  • En quoi faudrait-il que tu croies pour aller dans cette direction?

Inscrivez-vous à ma newsletter et trouvez votre voie de coeur grâce à l'outil Ikigaï!

Bravo !

Pin It on Pinterest

Shares