fbpx

 

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Antoine de Saint-Exupery, le Petit Prince

Mon histoire avec l’intuition, c’est une histoire de tout ou rien, ou plutôt de rien puis tout, puis de quête d’équilibre. Après avoir longtemps cru en être dépourvue, lorsque j’ai découvert cette petite voix en moi, j’ai commencé à l’écouter avec délectation et à la suivre aveuglément. Si mon parcours vous intéresse, vous pouvez écouter toute l’histoire dans cette interview en vidéo.

Au fil de cette expérience, j’ai compris que l’intuition était une capacité à faire des connexions instantanées entre la tête, le corps et le cœur. J’ai compris que tout le monde était câblé pour, et que cette connexion se travaille. J’ai compris aussi que l’intuition est un paramètre de décision extrêmement puissant, mais qu’elle n’est pas infaillible: tout est une question d’équilibre.

Aujourd’hui, je pense avoir trouvé mon équilibre entre raison et intuition. Et pour être sûre de ne pas retomber dans mes vieux travers du tout-rationnel, je cultive religieusement cette dernière. Je lui fais de la place, je me mets à l’écoute, et je l’intègre dans toutes mes décisions.

J’avais envie de partager avec vous ici quelques exercices pour que vous puissiez vous aussi développer, cultiver et vous connecter à votre intuition.

Connexion au corps et au cœur

 L’intuition est directement liée aux ressentis, qu’ils soient physiques ou émotionnels. Lorsque l’on a une intuition, on “sent” qu’il va se passer quelque chose, ou qu’une direction est la bonne. C’est inexplicable rationnellement, l’information ne vient pas de la tête, elle prend sa source ailleurs: dans le corps et/ou dans le cœur.

La connexion à l’intuition passe donc par une connexion au corps et au cœur. Pour développer votre intuition, entraînez-vous à prêter une attention particulière à vos sensations corporelles et à vos ressentis émotionnels.

Pour ce faire, je vous suggère les quelques exercices suivants:

Exercice #1 – La marche des six sens: allez vous promener, que ce soit en ville ou dans la nature, sans but particulier. Durant cette marche, mettez toute votre attention sur vos sens et observez ce qui se passe en vous:

  • D’abord sur le toucher: quelles sensations percevez-vous sur votre peau? A quel(s) endroit(s) l’air vous touche-t-il? Où sentez-vous vos vêtements? Marchez le plus lentement possible, et sentez le contact de chaque partie de votre pied sur le sol alors que vous avancez. Prenez conscience des émotions et des idées que cela fait émerger en vous.
  • Puis sur l’ouïe: combien de sons différents entendez-vous autour de vous? Placez d’abord votre attention sur les sons les plus proches de vous, puis allez vers les plus lointains. Quelles émotions ressentez-vous dans cet environnement sonore? Qu’est-ce que cela évoque pour vous?
  • Sur l’odorat: quelles sont les odeurs que vous sentez dans cet endroit? Que font-elles émerger en vous? Quelles émotions provoquent-elles?
  • Le goût: que ressentez-vous dans votre bouche? Y a-t-il un goût particulier qui s’y installe? Qu’en pensez-vous?
  • La vue: que voyez-vous autour de vous? Quelles sont les couleurs et qu’évoquent-elles pour vous? Que ressentez-vous à la vue de ce paysage? Que vous dites-vous?
  • L’intuition: laissez vos sens vous guider pour choisir votre itinéraire. Vous arrivez à un croisement? Mettez-vous à l’écoute, ressentez, et choisissez la direction à prendre à partir du corps et du cœur. Continuez à prêter attention à ce qui se trouve autour de vous et prenez conscience avec curiosité des pensées que cela fait émerger en vous.

En revenant chez vous, prenez note de ce qui émerge en vous.

Exercice #2 – Le scan corporel. Contrairement au précédent, cet exercice se pratique plutôt dans l’immobilité.

  • Installez-vous dans une posture confortable, assis.e ou couché.e, et commencez par vous connecter au souffle. Sentez l’air qui entre et sort de votre corps, visualisez le chemin qu’il parcourt en vous, et laissez votre corps se détendre et s’alourdir à chaque expiration. Si des pensées vous viennent lors de cet exercice, laissez-les passer et revenez consciemment au souffle.
  • Lorsque vous sentez la détente s’installer en vous, passez mentalement en revue toutes les parties de votre corps, comme si vous le passiez au scanner. Commencez par les orteils, puis les pieds, les chevilles, le bas des jambes…etc. jusqu’à ce que vous arriviez au sommet du crâne, sans oublier les bras, les mains et les doigts.
  • Faites cela len-te-ment, sans vous presser. Repérez les endroits qui sont tendus et amenez-y le souffle pour les détendre. Entraînez-vous à sentir les parties du corps qui appellent plus particulièrement votre attention: une douleur, un picotement, une vibration… Prenez note de vos ressentis, sans les analyser, et placez, si vous en ressentez l’envie, une main à cet endroit.
  • Lorsque vous aurez terminé, revenez doucement au souffle. Remuez vos doigts, vos orteils, et lorsque vous serez prêt.e, tournez-vous lentement sur un côté avant de vous rasseoir.
  • Accueillez vos sensations et prenez note de tout ce qui vous vient à l’esprit après cet exercice.

Cet exercice est également excellent avant de s’endormir: vous pouvez vous aider d’une vidéo ou d’un audio trouvé sur votre application de méditation préférée, généralement dans la catégorie relaxation, sous l’appellation “yoga nidra” ou “scan corporel”.

Exercice #3 – le Qoya. Série de mouvements dansés pour femmes, le Qoya est LA pratique qui m’a amenée à me connecter à mon corps et à mes émotions, et à prendre conscience de mon intuition. Au Qoya, l’objectif est de se focaliser sur les ressentis, et d’ajuster le mouvement pour trouver cette “sensation intérieure de vérité”, cette conviction profonde que ce que l’on fait est juste pour soi.

 Au Qoya, il n’y a pas moyen de se tromper, et la seule façon de savoir que le mouvement est le bon est de sentir qu’il nous fait du bien!

La musique et le mouvement aident à déconnecter du mental et à rentrer pleinement dans une expérience d’intériorité. Les échanges avec les autres participantes permettent de faire des connexions intuitives, ce lien entre le corps et l’esprit.

Pour être tenue au courant des prochains cours, abonnez-vous à ma newsletter: le cours d’essai est gratuit!

Pour plus d’infos sur le Qoya, vous pouvez également visiter le site officiel, la page Facebook Qoya France ou suivre @qoya.france sur instagram.

Cultiver un état d’esprit d’ouverture et de réceptivité

Pour percevoir l’intuition, il est indispensable de lever le nez du guidon! Cela nécessite de prendre du recul ou de faire un pas de côté, et de créer de l’espace.

Lorsque l’esprit est occupé à faire, embué dans une logique de résultat et de performance, il est difficile, voire impossible, de se mettre à l’écoute. C’est d’ailleurs l’un des messages du Petit Prince, dont est issue la citation en début d’article*.

Or, se mettre dans une posture d’écoute, d’ouverture, de réceptivité est une condition sine qua non pour faire de la place à l’intuition.

Voici quelques exercices pour cultiver cette posture d’ouverture:

Exercice #4 – S’accorder régulièrement des temps de prise de recul. Qu’il s’agisse de vacances, d’un weekend, d’une journée ou d’une heure, ces moments durant lesquels on s’autorise à déconnecter du quotidien et à vivre une expérience différente, sont cruciaux pour cultiver cet état d’esprit d’ouverture et de réceptivité.

Encore faut-il en faire le choix: il est facile, durant ces temps de pause, de remplir le vide avec tout un tas d’activités par lesquelles nous éviterons soigneusement de nous retrouver face à nous-mêmes. Il s’agit ici de s’accorder de vraies pauses, durant lesquelles il n’y a rien à FAIRE, juste à ÊTRE. Des moments où l’on s’ennuie, même!

Des moments où l’on va pouvoir lever la tête et regarder les nuages, voir ce qu’il y a autour de nous avec un nouveau regard, être attentif à des choses que nous n’avions jamais remarquées et qui pourtant ont toujours été là, expérimenter une conscience différente des choses.

Des moments de rêverie. Des moments où l’on va simplement S’OUVRIR à une nouvelle perception et RECEVOIR des informations, sans tout de suite chercher à les analyser ou à en faire du sens. Car c’est cela aussi, l’intuition.

Ces moments, je vous encourage à les ritualiser. A vous dégager du temps chaque jour pour être. A prendre conscience de ce que signifie pour vous “déconnecter”, et à vous accorder chaque semaine au moins un temps de déconnexion complète: pas de réseaux sociaux, pas de boulot, pas de soucis du quotidien. Juste de la présence, de l’écoute, de la curiosité.

  • Chaque jour: cela peut être au moment du lever, avant que le reste de la famille soit réveillée. Ou le soir, avant de vous coucher. Et pourquoi pas le midi, durant votre pause dej: une petite balade dans le quartier, seul.e avec vous-même et votre cœur ouvert à l’inconnu?
  • Chaque semaine: c’est le principe du shabbat dans la religion juive, et probablement aussi du jour saint des autres religions! Con-sacrer une journée, en faire un moment de connexion, à soi et aux autres, un moment de présence pleine et joyeuse, un moment déconnecté du temps et laissant place à une autre forme de connexion.

Que voyez-vous lorsque vous observez votre vie depuis cet endroit?

A vous de définir à quelle fréquence et sous quelle forme il est juste pour vous de vous accorder ces moments d’être, et de bloquer des créneaux pour cela dans votre agenda. Si des pensées soudaines et sans lien apparent avec le reste vous viennent à l’esprit, attrapez-les et prenez en note: il s’agit d’intuitions 😉

Exercice #5 – S’inspirer. Là aussi, il s’agit de sortir d’un mode de pensée fermé pour faire un pas de côté: s’ouvrir l’esprit, découvrir de nouvelles choses, s’intéresser, imaginer, entrevoir un autre monde et sentir les échos de cet autre monde en nous. Sentir (on en revient toujours à ça) la résonance de ce qu’on lit/entend/découvre. Prêter attention aux pensées que cela fait émerger dans notre esprit. S’ouvrir à quelque chose de nouveau, à de nouvelles connexions, aux intuitions qui pourraient naître en nous à ce moment-là. Les accueillir et en prendre note: le sens de tout cela viendra plus tard.

Comment vous inspirer? 

  • Par des lectures ou des podcasts sur des sujets qui vous intéressent. Là aussi, pour le choix des sujets, laissez-vous guider par votre intuition: untel vous a parlé d’un sujet et vous ressentez une forte résonance en vous? Un autre vous a conseillé un roman et le thème vous attire? Suivez votre coeur, soyez curieux.se et à l’écoute.
  • Par l’art: que ce soit dans un musée, à la radio, dans un magazine ou dans l’appart de votre meilleur.e ami.e, vous tombez sur une œuvre d’art qui vous touche particulièrement? Prenez le temps de l’observer, de prendre conscience des émotions qui émergent en vous, des pensées qui vous viennent. Laissez-vous toucher: vous ne risquez rien, si ce n’est d’être transporté.e et de déconnecter.
  • Par la nature: elle est une immense source d’inspiration! Observez, contemplez, émerveillez-vous devant ce que je considère personnellement relever du pur miracle. Prenez note des endroits où cela vous touche et de ce qui vous vient à l’esprit.
  • Par l’échange: échanger avec d’autres personnes donne lieu à une forme d’émulation. De nouvelles idées émergent. C’est tout le principe de l’intelligence collective.
  • Par le voyage: que ce soit un voyage réel ou un voyage virtuel amené par un reportage ou une lecture qui vous transporte, voyager c’est s’ouvrir à d’autre cultures, découvrir une autre façon de vivre, un autre rapport à soi, aux autres, au vivant.

J’aime également utiliser des cartes d’oracle: il s’agit de jeux de cartes portant des messages qui permettent d’établir des connexions avec l’intuition. Les thèmes sont variés, mais tous sont dédiés à l’introspection et au développement personnel. Les images et les messages font écho à des parties de nous généralement enfouies dans l’inconscient. Tirer une carte permet de les ramener à la conscience: faites-le dans un état d’esprit d’ouverture et de curiosité, et prenez note des endroits où cela fait écho en vous. Vous pouvez le faire face cachée, ou bien face découverte et choisir la carte qui vous appelle le plus. Vous pouvez vous amuser à créer des formes avec les cartes, toujours en suivant votre intuition. Exemple d’oracle: “Les portes de l’intuition”, de Vanessa Mielczareck. 

Toutes ces voies permettent de s’ouvrir, de découvrir et de s’inspirer. Il y en a sans doute d’autres: partagez vos préférées dans les commentaires!

Donner forme à votre intuition

Pour faire le lien entre le corps, le cœur et l’esprit, voici quelques exercices complémentaires qui vous permettront d’aller un cran plus loin pour non seulement cultiver vos intuitions, mais également les incarner dans la matière.

Exercice #6 – Ecriture, dessin ou mouvements intuitifs. Choisissez ce qui vous parle le plus! J’entends déjà certains d’entre vous penser “ben non mais moi je ne suis pas créatif.ve… je ne sais pas dessiner, je suis nul.le en danse, j’écris comme un pied” (rayez la mention inutile)! Eh bien je vous propose là aussi de poser un nouveau regard sur ces activités. Il ne s’agit pas de bien écrire/dessiner/peindre/danser. Il s’agit de sortir de la logique de performance à laquelle nous sommes habitués et de laisser le cœur guider le stylo/le crayon/le pinceau/nos pas.

  • Si vous choisissez d’écrire: un exercice consiste à sortir votre carnet préféré, à vous connecter à votre cœur et à vos pensées (“qu’est-ce que je pense et ressens là, maintenant?”), et à laisser les mots couler sur les pages. Même si ce n’est pas logique, même si ce n’est pas organisé. Etre ouvert.e à ce qui va émerger de vous, sans analyser ni juger. Vous pouvez le faire tous les matins ou tous les soirs: cet exercice procure au passage beaucoup de bien-être!
  • Pour le dessin ou la peinture: le principe est le même: choisir les couleurs, les formes, les images à partir du cœur.  “Qu’est-ce que je ressens là, maintenant, et qu’est-ce que ça m’évoque?” “Quelles sont les couleurs qui m’attirent et que j’ai envie d’utiliser?”. Le dessin n’a pas besoin d’être beau ou de représenter quoi que ce soit, l’idée est plutôt d’être, là encore, réceptif.ve à ce qui se passe en vous et de l’incarner dans la matière.
  • Pour le mouvement: choisissez intuitivement une musique dans l’une de vos playlists (“tiens, celle-là m’attire particulièrement, je ne sais pas pourquoi”). Prenez un temps pour vous centrer et vous connecter à votre corps et à vos ressentis, puis laissez votre corps bouger avec ça. Sans juger, ni analyser.

Prenez note de tout ce qui vous vient à l’esprit après ces exercices, en observant votre œuvre ou pendant/après vos mouvements.

Exercice #7 – Explorer une métaphore. Un autre exercice d’écriture ou de dessin intuitif plus ciblé, par lequel vous pourrez explorer une métaphore particulière représentant un aspect de votre vie. Il peut s’agir par exemple d’un chemin, sur lequel vous vous sentez évoluer, ou du roman de votre vie. 

  • Le chemin (dessin): nous sommes tous, d’une manière ou d’une autre, en chemin. Si vous prenez un peu de hauteur sur votre vie, à quoi ressemble le chemin sur lequel vous vous trouvez? De quelle matière est-il composé? Où se situe-t-il? Est-il droit ou fait-il des virages? Qu’y a-t-il autour? Etes-vous seul.e ou accompagné.e… Connectez-vous à cette image, laissez-vous porter par la métaphore et représentez-là sous forme de dessin, sans chercher à rationaliser ou à faire quelque chose de beau/de bien fait. Lorsque vous avez fini, contemplez votre dessin: que voyez-vous? Y a-t-il des idées qui vous viennent à l’esprit? De quoi prenez-vous conscience?
  • Le roman (écriture): sur le même principe, posez-vous la question suivante: “Si ma vie était un roman (ou un film), à quel genre appartiendrait-il?” Aventure, action, suspense, romantique, initiatique, conte…? Connectez-vous à vos ressentis et plantez le décor: vous sentez-vous dans une forêt sombre/au bord d’un lac paisible/dans une ville qui ne dort jamais…? Puis commencez à écrire en commençant par “il était une fois une femme/un homme qui…” et laissez la suite venir à vous intuitivement, sans aller la chercher. Ouvrez votre cœur et laissez les mots couler.

Par exemple: “il était une fois une femme perdue dans une forêt sombre et hostile. Elle ne voyait autour d’elle que des sapins verts bleutés, un tapis d’aiguilles brunes et piquantes, et quelques champignons qui commençaient à pousser. Elle avait peur, et la peur la menait à se recroqueviller, à se cacher, à fermer les yeux pour ne plus sentir le danger qui la menaçait…….”.

Lorsque vous aurez fini d’écrire, relisez votre récit et soulignez ce qui vous paraît important. De quoi prenez-vous conscience? Quelles pensées émergent dans votre esprit?

Exercice #8 – L’histoire à trois cartes. Il s’agit d’un exercice qui m’a été transmis par le Qoya et qui mêle musique, mouvement, écriture… et même dessin si le cœur vous en dit!

  • Disposez des cartes d’oracle face cachée devant vous et choisissez une playlist de musique invitant à l’introspection et au mouvement.
  • Choisissez intuitivement 3 cartes et disposez-les dans l’ordre devant vous: la première à gauche et la dernière à droite, toujours face cachée.
  • Ouvrez votre carnet et écrivez “Il était une fois une femme/un homme qui se reconnectait à elle/lui”  (vous pouvez changer le début en fonction de ce qui vous traverse sur le moment).
  • Retournez la première carte: observez-là, regardez l’image, le texte, et laissez venir à vous les idées et les ressentis.
  • Mettez une musique et laissez votre corps bouger avec ça, sans vous censurer. Restez connecté.e à la musique et à vos ressentis.
  • A la fin de la chanson, écrivez le premier paragraphe de l’histoire dans votre carnet, sur la base de ce qui émerge après avoir observé cette carte et dansé.
  • Puis procédez de même avec la deuxième et la troisième carte.
  • Relisez l’histoire que vous venez d’écrire et soulignez ce qui vous paraît le plus important. Voyez ce qui en ressort, notez vos prises de conscience.
  • Si vous en ressentez l’envie, finissez par dessiner ce que vous retenez de l’expérience.

J’espère que cet article vous aura été utile pour mieux comprendre, identifier et écouter vos intuitions, et même pour vous amuser avec elles. Si c’est le cas, pensez à commenter et partager, pour que d’autres puissent accéder à ce contenu!

Vous souhaitez approfondir votre connaissance de vous-mêmes, apprendre à vous écouter et à vous connecter à votre intuition? Pourquoi ne pas commencer un coaching? Découvrez mes services et mes offres sur la page Coaching de ce site!

Vous pouvez également vous abonner à ma newsletter ci-dessous et recevoir en cadeau un cours de Qoya en vidéo, à pratiquer chez vous, seul.e ou avec des ami.es (le Qoya se pratique généralement entre femmes, mais chez vous vous faites ce que vous voulez!). Vous serez tenu.e au courant de mes nouveaux articles, des ateliers et conférences que j’organise, de l’évolution de mes services et des prochains cours de Qoya. 

Je vous laisse avec quelques suggestions de lecture pour la route:

  • Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry (à lire ou à relire, pour s’ouvrir à l’invisible et au langage du coeur*)
  • Penser en images, Vannina Gallo
  • Qoya: Une Boussole pour Retrouver le Chemin d’une Vie Qui est Sage, Sauvage et Libre.

* Merci au Prof. Elie Holzer pour son magnifique enseignement à ce sujet!

Crédit photo de couverture: Laetitia Brunot.

Inscrivez-vous à ma newsletter etsélectionnez le(s) cadeau(x) de votre choix!

Je souhaite recevoir

Vous êtes abonné.e, à bientôt!

Pin It on Pinterest

Shares