fbpx

« On ne construit pas la vie que l’on veut en gagnant du temps. On construit la vie que l’on veut, et puis le temps s’économise lui-même. » – Laura Vanderkam, Ted Women, Oct. 2016

Dans son TED talk “Comment prendre le contrôle de votre temps libre?”, Laura Vanderkam nous met devant l’évidence: le problème n’est pas un manque de temps. Du temps, on en a!

Il y a 168 heures dans une semaine. Vingt-quatre fois sept fait 168 heures. C’est beaucoup de temps. Si vous avez un emploi à temps-plein, donc une semaine de 40 heures, dormez huit heures par nuit, donc 56 heures par semaine – ça laisse 72 heures pour d’autres choses. C’est beaucoup de temps. Vous travaillez 50 heures par semaine, peut-être un emploi principal et secondaire. Ça vous laisse 62 heures pour d’autres choses. Si vous travaillez 60 heures. Ça vous laisse 52 heures pour d’autres choses. Si vous travaillez plus de 60 heures… Vous en êtes sûrs ?

Mais alors, pourquoi avons-nous tant l’impression d’être sous l’eau? De manquer de temps? De faire mille choses tout en ayant une sensation de vide à la fin de la journée, le sentiment de n’avoir rien fait? 

Peut-être est-ce une question d’état d’esprit? 

Je vous propose, dans cet article, de passer d’un état d’esprit de manque à un état d’esprit d’abondance, pour cesser de se demander “où trouver du temps?”,  mais plutôt se poser la question “qu’est-ce que je choisis de faire de mon temps?”!

Voici trois clés pour vous aider à reprendre le contrôle de votre temps et à l’utiliser efficacement.

Clé n°1: soyez au clair sur vos priorités

Une utilisation consciente du temps implique d’être au clair sur ses priorités. Car soyons honnêtes: la réponse “désolé.e, j’ai pas le temps” signifie généralement “ce n’est pas ma priorité, je choisis de me concentrer sur autre chose”… même si ce choix n’est pas toujours conscient!

Par “priorités”, j’entends ce qui est vraiment important pour vous. Ce que vous avez besoin de faire pour vous sentir efficace, satisfait.e et/ou accompli.e.

Pour les identifier, il est indispensable de ralentir. De sortir régulièrement le nez du guidon pour prendre de la hauteur et se poser les bonnes questions:

  • Qu’est-ce qui est prioritaire/réellement important, pour vous, dans votre vie?
  • Quelle direction souhaitez-vous donner à votre vie (à votre carrière/à votre vie familiale/à votre vie sociale)? Où souhaitez-vous aller dans ces différents domaines?
  • Lesquels de ces domaines sont prioritaires pour vous en ce moment?
  • Pour honorer cela, où choisissez-vous de mettre votre énergie dans les jours/les semaines/les mois/les années à venir?
  • Qu’avez-vous besoin de faire aujourd’hui/cette semaine/ce mois-ci pour vous sentir épanoui.e/accompli.e/satisfait.e/aligné.e? 
  • Quel est le meilleur moyen d’y arriver? Quel état d’esprit adopter?
  • A quoi devez-vous renoncer/que devez-vous mettre temporairement de côté pour y arriver?

Prendre régulièrement de la hauteur permet de se recentrer sur l’essentiel, de cesser de s’éparpiller dans les multiples tâches d’une to-do-list interminable, pour accomplir ce qui a réellement du sens

C’est ce sens qui vous apportera la satisfaction à laquelle vous aspirez… et vous retrouverez même le temps de respirer!

* J’ai créé pour mes clients une liste de questions parmi lesquelles vous pouvez piocher pour vous recentrer périodiquement sur vos priorités. Je vous l’offre ici! *

Clé n°2: commencez par le plus important

Commencer par ce qu’il y a de plus important pour vous, c’est la clé pour reprendre la main sur votre temps.

Or, très souvent, on fait exactement le contraire: on commence par ce qui est le plus facile/le plus rapide/le plus court/les urgences (rayez la mention inutile). Un exemple typique: descendre tous ses e-mails “avant de s’y mettre”. Ça donne une boîte mail nette et bien rangée, ce qui apporte aussi de la satisfaction, mais est-ce que c’est le bon moment pour le faire? N’y a-t-il pas un meilleur moment pour cela dans la journée, pour que vous puissiez honorer vos priorités?

Le risque: se faire happer par les besoins des autres et arriver au bout de votre journée en ayant fait mille choses, mais sans avoir accompli ce qui a réellement de la valeur à vos yeux. 

A force de sacrifier l’Essentiel pour l’urgence, on finit par oublier l’urgence de l’Essentiel .” – Edgar Morin

OK, me direz-vous, mais comment concilier vos priorités avec celles de votre boss, ou de votre enfant? Tout d’abord, en prenant conscience de l’intersection entre les deux: dans quelle mesure ce qui est important pour votre boss, ou pour votre enfant, est-il une priorité pour vous également? A quel(s) besoin(s) cela répond-il? En quoi cela vous permet-il d’avancer dans la direction que vous souhaitez donner à votre vie? 

Si la priorité des autres est également une priorité pour vous, faire le choix conscient de vous concentrer là-dessus, même si cela n’était pas prévu au départ, vous apportera également de la satisfaction.

Si ce n’est pas le cas, l’utilisation de la matrice d’Eisenhower peut vous aider à vous organiser, afin d’honorer vos priorités sans pour autant négliger les autres tâches importantes ou urgentes.

Vivre en conscience Julie Katz coaching

Source image: Bloom’r

Clé n°3: cessez de procrastiner 🙂

Procrastiner, c’est ce que vous faites lorsque, au lieu de vous concentrer sur ce qui est réellement important, vous faites… autre chose. Généralement quelque chose de plus facile ou de plus rapide, voire quelque chose de totalement inconscient (surfer machinalement sur les réseaux sociaux, par exemple).

Ou peut-être s’agit-il de quelque chose qui vous fait moins peur?

C’est une question légitime, parce que parfois, ce qui est réellement important pour nous, important au point d’être déterminant pour aller dans la direction que l’on souhaite donner à sa vie…eh bien c’est effrayant!

  • Et si j’échouais?
  • Et si cela ne se passait pas comme je le souhaiterais?
  • Et si je réussissais, quel impact cela aurait-il sur ma vie personnelle?
  • Et si je me trompais (de voie, de choix, de direction)?

Toutes ces questions, parfois inconscientes, peuvent bloquer le passage à l’action.

Et si l’on creuse un peu plus, on trouve bien souvent la peur de décevoir (nous-mêmes, ou quelqu’un d’autre), la peur d’être rejeté.e, la peur de ne pas être aimé.e, la peur de subir des émotions extrêmement désagréables telles que la honte. Cela touche à nos besoins les plus fondamentaux: besoin d’appartenance, besoin de reconnaissance, besoin de sécurité.

Or, plus ce que l’on a à faire est important à nos yeux, plus l’enjeux est grand et plus la peur est forte. Alors on procrastine, pour ne pas prendre le risque de (se) décevoir.

La prochaine fois que vous vous prenez la main de la sac, posez-vous les questions suivantes:

  • Qu’est-ce que je suis en train de faire?
  • Qu’est-ce que je devrais faire?
  • Que se passe-t-il en moi lorsque je pense à ce que je devrais faire? (quelles sont mes pensées, mes émotions, mes sensations?)
  • Qu’est-ce que j’évite en faisant ce que je fais?
  • Quel est le bénéfice immédiat que j’obtiens en le faisant?
  • Qu’est-ce que cela risque de me coûter sur le long terme?
  • Qu’est ce que je choisis de faire, maintenant que je me suis pris.e en flagrant délit de procrastination?

Dessin de Mathou.

Et parfois, on procrastine aussi tout simplement parce que l’énergie et l’envie ne sont pas au rendez-vous. Parce qu’on ne peut pas toujours être super efficace, au garde à vous. Parce qu’on est fatigué.e, et qu’on n’a pas l’espace nécessaire pour s’y mettre sérieusement et avancer. 

Si c’est le cas, alors la priorité est de vous ressourcer! 

Si vous manquez d’énergie pour vous concentrer sur ce qui a le plus de valeur à vos yeux, c’est que la meilleure chose à faire pour avancer dans la direction que vous souhaitez donner à votre vie… c’est de retrouver cette énergie. 

Pour moi, retrouver de l’énergie passe par faire une pause, me reposer, me promener, échanger avec des amies, faire du yoga, lire, m’inspirer… Et vous, qu’est-ce qui vous ressource?

Si vous souhaitez aller plus loin sur ces questions et approfondir le sujet de la gestion du temps et de la procrastination en allant regarder ce qui se passe réellement en vous, le coaching est un excellent moyen d’y arriver!

En approfondissant votre connaissance de vous-mêmes, vous pourrez détecter les mécanismes qui vous limitent et décider en conscience de changer votre comportement. Vous pourrez identifier ce qui vous fait peur, ce qui vous bloque, mais aussi ce qui vous ressource et ce qui fait votre force. Vous pourrez comprendre votre mode de fonctionnement et vous appuyer dessus, plutôt que de lutter contre, au service de ce qui est réellement important à vos yeux.

SÉANCE DE DÉCOUVERTE

L’expérience vous tente? Testez avant d’approuver: je vous offre une séance de découverte, gratuite et sans engagement! Postulez en cliquant sur le bouton ci-dessous, et consultez la rubrique “Coaching” de ce site pour toutes les informations sur mes accompagnements.

Cet article vous a plu? Laissez-moi un commentaire, et partagez-le avec ceux qui pourraient en avoir besoin!

A bientôt, Julie

Crédit photo de couverture: RODOLFO BARRETO sur Unsplash

Inscrivez-vous à ma newsletter etsélectionnez le(s) cadeau(x) de votre choix!

Je souhaite recevoir

Vous êtes abonné.e, à bientôt!

Pin It on Pinterest

Shares